Je m’appelle Alice, j’ai 24 ans et je suis partie début Février pour Padova, en Italie, réaliser mon SVE de 7 mois dans une « coopérative sociale ».

Il s’agit d’une organisation qui accueille 32 demandeurs d’asile/réfugiés. Tous, sauf une femme Ukrainienne, viennent d’Afrique. Avec mes collègues, nous avons différentes missions. D’une part, nous accompagnons les jeunes (ils sont majoritairement âgés de 18 à 30 ans) dans les démarches administratives nécessaires pour obtenir et renouveler les permis de séjour. Aussi, nous les accompagnons aux rendez-vous médicaux pour faire la traduction français-italien ou anglais-italien, à la banque, ou encore pour faire les abonnements de bus. Nous les accompagnons donc dans les démarches que l’on pourrait dire « administratives » et qui nécessitent la maîtrise de l’italien.

Comme l’idée est aussi de favoriser leur intégration et leur autonomie, tous les jeunes doivent suivre des cours pour apprendre l’italien. A leur arrivée dans la coopérative, nous leur trouvons une école où ils peuvent apprendre la langue. Certains suivent aussi un cursus plus « classique » leur permettant d’avoir un diplôme scolaire reconnu en Italie. Dans ces missions plutôt relatives à la partie « intégration », notre travail est aussi de les accompagner dans la réflexion et la mise en œuvre d’un « projet d’intégration ». Régulièrement, on se rencontre pour parler avec eux de leurs besoins et envies : étudier, travailler, faire du sport, s’insérer dans des réseaux, faire du volontariat… En fonction de tout ça, on les aide à faire un CV, à s’inscrire dans les agences de travail, ou au sein de formations. On essaye donc de faire le lien entre eux, leurs besoins et les offres du territoire.

C’est un travail qui est très intéressant, très enrichissant, bien que les situations auxquelles on peut être confronté sont loin d’être toujours faciles. Mais j’ai la chance d’être tombée dans une structure qui est bien organisée et de travailler avec des collègues vraiment très sympas!

Concernant ma vie « perso », je dois dire que je suis là aussi plutôt chanceuse! L’Italie est vraiment un super pays, il y a énormément de coins à visiter. Padova est une ville de taille, selon moi, parfaite :  assez « petite » (et plate) pour se déplacer en vélo et ne pas se sentir perdue, mais assez grande pour avoir des choses à visiter, sortir, rencontrer des gens… Aussi, l’italien est une langue vraiment facile à apprendre (lorsque l’on parle français). Sans même l’avoir appris avant mon arrivée, je dois dire que je suis aujourd’hui capable de me débrouiller presque partout et dans (presque) n’importe quelle situation. Je prends des cours deux fois par semaine dans une école pour personnes étrangères. Pour être honnête, au boulot, on utilise aussi souvent le français ou l’anglais, mais c’est un bon exercice de jongler entre les trois ! A la coloc aussi, on jongle entre les langues : j’habite avec une autre volontaire française, deux volontaires espagnoles, et un stagiaire, espagnol lui aussi.

Finalement, pour moi, le SVE c’est bien plus que la découverte d’un seul pays, d’une seule culture ou d’une seule langue ! Je ne pouvais pas rêver mieux.