Pour les organismes œuvrant dans le domaine du développement partout dans l’UE, c’est une occasion unique de faire connaître l’engagement de l’Europe en faveur de l’éradication de la pauvreté dans le monde et d’inciter davantage d’européens à s’engager dans des actions pour le développement. C’est également en 2015 que les objectifs du Millénaire pour le développement, fixés en 2000, arrivent à échéance et que la communauté internationale décidera d’un nouveau cadre mondial pour l’éradication de la pauvreté et le développement durable.

C’est la première fois depuis le début de l’adoption des thématiques annuelles, en 1983, qu’une année est dédiée au développement. CONCORD Europe, la confédération européenne des ONG d’urgence et de développement, a grandement contribué au choix de ce thème pour 2015. Son directeur, Seamus Jefferson estime que l’année à venir sera extrêmement importante en termes d’événements et de décisions. Il souligne ainsi la Conférence des Nations unies sur le changement climatique, qui se tiendra à Paris en décembre et les décisions qui devraient être prises concernant les mesures à prendre pour l’après 2015, car 2015 est aussi l’année de la fin des objectifs du Millénaire pour le développement, dont les objectifs de lutte contre la pauvreté sont loin d’être réalisés pour nombre d’États membres. Sensibiliser de nouveaux publics

Les représentants de la Commission, les spécialistes de la communication et des représentants des ONG et du monde des affaires s’accordent tous à dire que l’année du développement serait une bonne occasion de sensibiliser un public plus large à l’importance du programme de développement. Les autorités locales, les syndicats et les organisations de jeunes et de femmes sont également sollicités, en vue de nouvelles alliances potentielles. Une étude de la boîte de relations publiques Weber-Shandwick indique qu’un nouveau public pourrait être atteint, surtout si les stratégies de communication sont mieux pensées. Julien Lambertin, à la tête du département « stratégie », cite l’exemple de messages d’engagement pour rendre les habitants des pays pauvres « autonomes », ou assurer l’« émancipation des femmes », qui fonctionnent mieux que ceux qui annoncent l’« élimination de la pauvreté », plus susceptibles d’être considérés avec scepticisme. La campagne a aussi pour ambition de toucher plus de citoyens des nouveaux pays membres, surtout dans les pays d’Europe centrale, qui n’ont pas été impliqués dans l’aide au développement à ce jour. Les grands journaux et groupes de radiodiffusion de tous les États membres devraient participer à la campagne.

Des mois à thèmes
Les divers événements de l’année du développement seront centrés autour de 12 thèmes :

  • Janvier : « L’Europe dans le monde »
  • Février : « Éducation »
  • Mars : « Femmes et filles »
  • Avril : « Santé »
  • Mai : « Paix et sécurité »
  • Juin : « Croissance verte durable, emplois et commerce décents »
  • Juillet : « Enfants et jeunes »
  • Août : « Aide humanitaire »
  • Septembre : « Démographie et migration »
  • Octobre : « Sécurité alimentaire »
  • Novembre : « Développement durable et action climatique »
  • Décembre : «Droits de l’Homme et gouvernance »

Parmi les événements principaux de 2015 figurent un événement d’inauguration en association avec le musée Bozar et Africalia le 17 janvier en Belgique, un événement sur l’identité sexuelle en Lituanie le 2 mars, les Journées européennes du développement les 2 et 3 juin, et un événement de clôture organisé par la présidence luxembourgeoise le 8 décembre. Le Comité des régions organise en outre un autre événement majeur, les « Assises de la coopération décentralisée », les 1er et 2 juin à Bruxelles. On y attend entre 800 à 1000 participants, dont beaucoup pourraient venir de pays en développement.

Source : euractiv
Site de l’année européenne du développement : capacity4dev.ec.europa.eu