Choix de page

Exposition d’art populaire roumain

Exposition d’art populaire roumain

Le Comité de jumelage Carquefou – Racovita organise une exposition sur « le cimetière joyeux de Sapenta », haut lieu d’Art populaire roumain de la région des Maramures au nord-ouest du pays. Cette exposition s’ouvrira par un vernissage en présence de Martine Buron présidente de la Maison de l’Europe le 6 novembre.

Le « Cimetière Joyeux » de S-PÂNTA

Aux confins nord de la Roumanie, dans la province des Maramures, le village de S-pân-a abrite un joyau d’art populaire : le «cimetière joyeux». Le concept est né en 1929 de l’imagination d’un sculpteur local, Stan Ioan Patras. Pour comprendre l’âme de ce cimetière particulier, il faut connaître l’histoire de S-pânta, ville frontalière avec l’Ukraine. Situé au nord ouest de la Roumanie, le Maramures, entre l’Ukraine et les Carpates est une région reculée et difficile d’accès. Elle est toujours restée à l’écart des grands bouleversements et dominations politiques ou culturelles depuis l’invasion romaine du 2ème siècle.

De ce fait, les traditions sont restées très fortes. Fondées sur la filiation paternelle, les structures familiales se sont perpétuées aux cours des âges.

En Maramures, symbole de solidité et d’éternité, le bois est omniprésent. La forêt a toujours été l’une des bases de l’activité économique. Les maisons, les portails, les clôtures, les croix des cimetières, le mobilier, les outils, les ustensiles de cuisine, tout était en bois. Les habitants savent le mettre en valeur en le sculptant. Ils multiplient les décors géométriques et floraux….

Par ailleurs, le paysan roumain est connu pour n’avoir pas peur de la mort. D’ailleurs, en Maramures, la mort se doit d’être fêtée comme des noces. Pour montrer la dérision avec laquelle on juge la mort, on raconte l’histoire d’un homme qui, à soixante ans, estimant qu’il avait assez vécu, s’était fait lui-même sont propre cercueil qu’il avait déposé dans sa véranda. La mort ne venant pas et comme le cercueil l’encombrait, il le monta dans son grenier … Le cercueil y resta bien trente ans et servit à stocker les noix…

Au début du 20ème siècle, Stan Ion Patras a eu le « génie » de réunir ces trois données : la force des traditions, l’amour du travail du bois et cette conception particulière de la mort pour faire du « Cimetière Joyeux » une œuvre d’art unique. C’est vers 1935, que Stan Ion Patras commença à graver sur les stèles, comme épitaphe, de courts poèmes écrits à la première personne, comme si le narrateur était le mort…

Puis il commença à peindre les motifs géométriques avec d’autres couleurs tirées de pigments naturels employés par les femmes pour teindre la laine. En couleur de fond, le bleu S-pânta contraste alors avec le vert symbolisant la vie, le jaune la fécondité, le rouge la passion et le noir la mort. Entouré de cette frise, un bas-relief peint représente le défunt dans son activité principale, ou la cause de son décès si la mort est due à un accident. C’est la fresque sociale et culturelle de tout le village qui est ainsi dressée. Le cimetière est aujourd’hui la mémoire du lieu et du temps. Véritable hymne à la vie, cet ensemble polychrome nous plonge dans une certaine philosophie de l’existence que défend ce peuple rempli de sagesse et de foi.

L’exposition

L’exposition est l’œuvre d’un des élèves de Stan Ion Patras, Dumitru Pop, l’actuel auteur des stèles. Elle a été réalisée en 1995 à la demande du centre culturel Bonlieu à Annecy et celui de l’ARC au Creusot, tous deux « scènes nationales ».

Espace des Renaudières, dans la salle du  » Logis  » – Ouverture au public le 7,8 et 14 et 15 novembre, de 14h à 18h entrée gratuite. Le vernissage de cette exposition aura lieu le vendredi 6 novembre à 19h en présence d’un représentant de la Municipalité de Carquefou et de Martine Buron, présidente de la Maison de l’Europe.

Prochains événements

  1. Les Cinéphîles à Saint Sébastien sur Loire

    2 juin|8 h 00 min - 5 juin|17 h 00 min
  2. Atelier – c’est quoi le fédéralisme ?

    10 juin|14 h 00 min - 17 h 30 min
  3. Colloque : l’Histoire migratoire en mouvement

    29 juin|9 h 00 min - 30 juin|17 h 00 min
  4. L’Eurofestival en Vendée

    22 juillet|8 h 00 min - 29 juillet|22 h 00 min

Contact

La Maison de l’Europe à Nantes
Centre d’Information Europe Direct
33, rue de Strasbourg (2e étage)
44000 Nantes
Tel : + 33 (0) 2 40 48 65 49

Envoyer un message

Ouverture du Centre d’Information Europe Direct
Lundi et mardi de 14h à 18h
Mercredi et jeudi de 12h à 18h

L’équipe vous accueille sur rendez-vous en dehors des heures d’ouverture.

Lettre d’information

Share This