Edito

 

2017 une année propice au réveil des consciences en Europe !

2018 une année pour agir pour l’Europe et avec les Européens !

Les turbulences ont secoué et rythmé l’année 2017. Les épisodes se sont succédé, tels des alertes à répétition.  Le Brexit, la Catalogne, les élections en Allemagne, le mouvement des réfugiés et des migrants, la posture de plusieurs pays membres comme la Pologne, la Hongrie, les Pays Bas ou encore l’Autriche, autant d’événements qui nous interrogent sur l’avenir de l’Europe et sur ses valeurs fondamentales basées sur la liberté, l’égalité, l’état de droit et la solidarité.

Tous ces événements invitent le citoyen européen à réfléchir et à agir, mais comment ?

Deux discours prononcés en 2017 redonnent au citoyen européen un cap et une lueur d’espoir.

Tout d’abord Jean Claude Juncker s’exprime à Bruxelles le 13 septembre. Il évoque les vents favorables qui soufflent actuellement sur l’Europe et présente une vision enthousiasmante des opportunités à saisir pour l’Europe et avec les citoyens européens.

Le 26 septembre à la Sorbonne, le Président Emmanuel Macron prononce un discours centré sur l’Europe, cette Europe que l’on ne construira pas à l’abri des citoyens. Il propose notamment pour 2018 les conventions démocratiques qui doivent permettre de produire une photographie de la perception que les Européens ont de l’Europe aujourd’hui.

Les Maisons de l’Europe établissent le dialogue entre les citoyens sur les enjeux européens.

Elles doivent profiter des vents favorables qui soufflent sur l’Europe pour réfléchir, imaginer, inventer, créer, participer au projet européen.

La Maison de l’Europe à Nantes, en appui sur ses réseaux, ne manque pas d’imagination ni d’élan pour favoriser le dialogue entre les citoyens, en le diversifiant dans tous les domaines.

Le séminaire organisé le 5 décembre au CCO grâce au partenariat avec la Caisse des Dépôts et la Banque Européenne d’Investissement, portant sur le plan Juncker et son impact dans la Région des Pays de la Loire, a rassemblé avec succès des partenaires économiques et institutionnels.

Puis le 13 décembre à Saint Nazaire, dans le cadre du cycle d’événements « Parlons d’Europe en Région », un débat interactif s’est installé entre les citoyens et les élus du Comité des Régions et de la Région des Pays de la Loire sur le thème de « l’Europe et la mer ».

Pour 2018, nous vous soumettons deux axes de réflexion.

En réponse aux conventions démocratiques évoquées par le Président Emmanuel Macron, nous proposons que les jumelages du département s’approprient cette mission de discussion sur l’Europe nourrie du point de vue des homologues partenaires dans les différents pays membres de l’Union européenne.  Véritables laboratoires d’expérimentation de la mobilité, de l’interculturalité, de la rencontre des pensées et comportements, les jumelages peuvent apporter leur contribution à la perception croisée de l’Europe par les citoyens européens.

Pour favoriser la mobilité des jeunes et leur décryptage des codes culturels au-delà de l’apprentissage linguistique, nous nous interrogeons sur la faisabilité d’un service civique européen généralisé, tel que l’imagine Jean Paul Barbe, Président d’honneur du Centre Culturel Européen :

 En effet les impasses et incompréhensions en Europe sont si nombreuses et vives qu’on voit mal dans l’immédiat, malgré de grands desseins affichés, comment s’imposerait une nouvelle Europe, faite de solidarité au lieu d’égoïsme et d’intercompréhension au lieu de xénophobie . Mais il faut corriger ce pessimisme à court terme par une vision optimiste à moyen terme. En mettant la charrue après les bœufs et informant jour après jour de cette chose simple : nos identités, les collectives comme les individuelles, sont plurielles et se ré-agencent sans cesse ; elles n’existent pas de toute éternité mais sont construites continuellement, par d’autres – nos ancêtres et nos contemporains – pour nous, par nous enfin. Une telle campagne, éclipsant toutes les autres, devrait s’adresser en priorité aux jeunes d’aujourd’hui, déjà acteurs de demain. Un simple accroissement arithmétique des bénéficiaires du programme Erasmus n’y suffira pas. L’appréhension du pourquoi et du comment des sociétés autres qui font l’Europe devra résulter d’une généralisation des expériences déjà réalisées par les volontaires du service civil, national, bi-national mais aussi européen. Utopique ce projet ? Oui, et raisonnable. De cela il y a lieu de débattre.

La Maison de l’Europe aborde l’année 2018 sous le signe de la création. La création de nouveaux projets et partenariats, la création du Pôle Europe à l’horizon 2019 dans l’île de Nantes.

L’Europe aborde l’année 2018 avec la présidence de l’Union par la Bulgarie pendant le premier semestre. Nous formulons le vœu de rencontrer les Bulgares de Nantes et de Loire Atlantique afin de présenter à la Maison de l’Europe la culture de ce pays membre de l’Union européenne.

Nous formulons le vœu que l’année 2018 soit riche en initiatives citoyennes en faveur de l’Europe.

Maintenons-nous sous bonne tension, dans la réflexion et l’action ! Il y va de cette belle chose nécessaire, tellement là déjà et si peu encore : l’Europe.

Anne Plaud, Présidente de la Maison de l’Europe

 

Lettre d’information janvier 2018.