Lire la lettre d’information.

Edito

Elections en Allemagne et en  Italie

L’Allemagne a connu cinq mois d’instabilité. Avec une participation de 78,39%, les électeurs du Parti social-démocrate (SPD) ont voté « oui » à 66% pour que se réalise la troisième grande coalition avec Angela Merkel qui commence ainsi son 4ème mandat. Les socio-démocrates et les conservateurs (CDU- CSU) réunissent désormais 399 sièges au Bundestag, 153 pour le SPD et 246 pour la CDU-CSU, soit 53,5 %, alors qu’ils en assuraient 448 lors de la précédente mandature. Dans les négociations nécessaires à cette alliance, Angela Merkel a dû céder le ministère des Finances à Olaf Scholz, Président du SPD, ainsi que le ministère du Travail et le ministère des Affaires étrangères.  Elle installe aussi son jeune rival Jens Spahn au ministère de la Santé, et confie le ministère de l’Intérieur au Bavarois Horst Seehofer.

Fragile ou pas, le contrat ainsi négocié doit contribuer à la stabilité de l’exécutif en Allemagne. Notamment dans la perspective des prochaines élections européennes de 2019, en appui sur la coopération franco-allemande. D’ici là, les grands chantiers de la coalition sont immenses, en particulier dans le champ sensible et controversé de l’immigration.

Les Italiens ont fait entendre leur voix. La moitié de l’électorat a voté pour les partis antisystème ou d’extrême droite. Deux jeunes personnalités émergent  de ce scrutin : Luigi Di Maio pour le Mouvement 5 Etoiles, et Mateo Salvini pour la Ligue. Ces deux mouvements anti-européens attirent les suffrages soit en amplifiant la crise sociale, soit en attisant les peurs générées par la crise migratoire. L’effondrement des partis de gouvernement s’inscrit dans les turbulences que connaissent les démocraties en Europe aujourd’hui.

La crise que connaît actuellement l’Europe est sans nul doute complexe, mais elle n’est pas la première dans l’histoire de l’Europe. Ce que d’autres ont réussi avant nous, nous devons le réussir à notre tour, en agissant au plus proche des citoyens.

Si les eurosceptiques parlent le langage du quotidien pour se faire entendre, contrairement au langage plus technocrate utilisé par les proeuropéens, les Maisons de l’Europe savent dialoguer avec les citoyens sur le territoire.

Le département de Loire Atlantique est riche de ses initiatives diverses, dans les communes, les associations, les comités de jumelages, les écoles et établissements de formation professionnelle. La Maison de l’Europe à Nantes s’engage à vos côtés dans vos projets.

Nous ne laisserons pas la dépression s’installer et nous ne relâcherons pas nos efforts.

Nous vous invitons à nous rejoindre dès maintenant à travers vos projets que nous soutiendrons, mais aussi pour la Fête de l’Europe, toute proche, au mois de mai, pour rassembler toutes les initiatives citoyennes en faveur de l’Europe.

La thématique de la Fête de l’Europe 2018 est consacrée à la gastronomie, patrimoine commun aux cultures d’Europe, dans toute sa diversité et ses saveurs. Nous comptons sur vous !

Anne Plaud, Présidente, Maison de  l’Europe, Centre d’information Europe Direct à Nantes

Lire la lettre d’information.