Après plusieurs années à travailler à la Maison de l’Europe, Patricia Busnel et Laura Burban partent vers de nouveaux défis professionnels. Nous leur avons posé quelques questions avant leur départ !

Que connaissiez-vous sur l’Europe avant d’arriver à la Maison de l’Europe ?

Patricia: Pas grand-chose, je dirai même rien!

Laura: Avant de travailler à la Maison de l’Europe je ne m’intéressais pas beaucoup à l’Union européenne car cela me paraissait bien compliqué. J’avais déjà bénéficié d’un service volontaire européen mais sans trop en connaître le mécanisme derrière. Aujourd’hui je trouve tout cela passionnant !

Qu’avez-vous appris sur l’Europe pendant ces années travaillées à la Maison de l’Europe ?

Patricia: L’Europe a beaucoup d’influence sur notre propre vie même si ce n’est pas facile de s’en rendre compte. Et elle a le mérite de maintenir la paix, ce qui n’est pas rien!

Laura: Tellement de choses ! Tout d’abord je connais mieux le fonctionnement des institutions européennes aujourd’hui que notre propre gouvernement (je ne sais pas si c’est terrible de dire ça mais c’est la vérité). J’ai également rencontré des Russes, des Tchèques, des Géorgiens, des Grecs, des Britanniques, des Allemands… Un grand nombre de nationalités toutes réunies avec l’envie de faire des choses ensemble et de créer des projets fédérateurs. L’Europe – que ce soit comme institution ou continent – c’est fédérateur ! J’ai également découvert qu’il existe vraiment une citoyenneté européenne et que celle-ci est précieuse. Et aussi (très important pour frimer au Trivial Pursuit), je connais tous les pays de l’UE, leur capitale et leur drapeau.

Quel est ton meilleur souvenir à la Maison de l’Europe ?

Patricia: J’ai passé huit ans dans la structure alors forcément j’ai plein de souvenirs agréables! J’ai beaucoup aimé les rencontres avec nos députés européens. C’est intéressant de pouvoir échanger avec nos représentants sur des sujets concrets comme le travail ou la santé. Un autre bon souvenir serait la fête de l’Europe, forcément!

Laura: Il y en a beaucoup… J’ai adoré travailler avec les jeunes volontaires européens ! Ada, Tomislav puis Alexandros m’ont beaucoup apporté. J’ai également rencontré plein de partenaires et l’équipe – actuelle et précédente – de l’association est composée de belles personnes ! Si je ne devais retenir qu’un projet je pense que ce serait le European Youth Event 2016. Avec 10 jeunes Nantais nous nous sommes rendus au Parlement européen à Strasbourg pendant trois jours afin d’échanger autour de la politique jeunesse en Europe. A cette occasion j’ai rencontré Denis Mukwege, « l’homme qui répare les femmes », qui a reçu le prix Nobel de la paix cette année. J’admire cet homme et j’ai été très émue !

Iras-tu voter aux élections européennes en 2019 ? Et si oui, saurais-tu nous dire pourquoi ?

Patricia: Oui j’irai voter!  Tout d’abord parce que nos ancêtres se sont battus pour le droit vote!  Ensuite parce que je souhaite une Europe plus sociale et pour cela je dois désigner des représentants qui partagent cette idée. Je trouve important que l’Europe s’occupe de grands sujets tel que l’accueil des migrants. Ce genre de questions doit être traité à l’échelle européenne!

Laura: Bien sûr ! J’irai voter car j’ai vraiment conscience aujourd’hui de l’impact de l’Union européenne dans notre quotidien et de l’importance de pouvoir y participer en tant que citoyenne. Par ailleurs je suis très inquiète de la montée du populisme et j’espère qu’il va y avoir une prise de conscience dans les mois à venir des conséquences d’une faible participation à ces élections…

Qu’allez-vous faire maintenant ?

Patricia: Approfondir un nouveau métier!

Laura: Je vais commencer une nouvelle vie professionnelle en tant que chargée de développement des actions associatives au sein d’une association de lutte pour la défense des droits des personnes en situation de handicap.