Du 18 au 22 décembre 2017, Yves Papin, bénévole de la Maison de l’Europe, a participé à une expérience de création unique, en partenariat avec le collectif Étrange Miroir et le TU-Nantes.

Un groupe de volontaires a rejoint un atelier de création sonore avec comme objectif de se réapproprier des textes et des discours sur l’Europe. « Nous étions invités à participer au questionnement sur l’identité européenne à partir d’un matériel de base constitué d’une sélection de discours et de textes littéraires en lien avec l’Europe. Il nous était aussi demandé de venir le lundi avec un objet, un texte, un son, une image évoquant pour nous l’Europe. Je suis donc venu avec le texte que j’ai rédigé la veille », raconte Yves.

Défi relevé pour ce jeune retraité qui s’est lancé dans cette aventure parmi un groupe de participants d’une autre génération et déjà familiarisés avec le théâtre contrairement à lui. Ce fut « un bond (volontaire) mais bond quand même dans un monde inconnu ».

A bas la guerre

Georges Brassens disait  avec ironie, naguère

« La guerre que je préfère

Celle que je voudrais faire

C’est la guerre de quator’z dix huit»

Moi  celle que je voudrais faire

C’est celle qu’ on aura su éviter

Parce qu’on aura su s’ouvrir et discuter

Parce que, même nos ennemis, ont mieux à faire

Il faut tout faire pour éviter cet enfer

Il faut mettre l’Europe à contribution

Il faut avoir cette grande ambition

N’ayons pas peur des revers,

L’Europe disent certains c’est une utopie

L’Europe c’est pas pour les petits

L’Europe est déjà sur le tapis

L’Europe nous a déjà tout pris

Non elle est bien là, il ne faut pas renoncer à la bâtir

Il faut qu’elle avance fièrement comme un navire

Chacun à notre place nous devons la construire

Elle doit être notre affaire, le fruit de nos désirs

La seule guerre à mener qui vaille

C’est la guerre contre la misère

Qu’il faut mettre définitivement à terre

Mettons-nous  en ordre de bataille

Yves Papin, le 16 décembre 2017

 

Devant ensuite réfléchir à des projets individuels ou collectifs, Yves a proposé de travailler sur la question de l’agriculture européenne et des problèmes d’alimentation qui font la une de l’actualité. « J’ai proposé de faire un enregistrement chez un agriculteur bio de Couëron et de confronter celui-ci à un discours ou un autre écrit ».

 

Vous avez envie de découvrir les créations réalisées lors de ce stage ? Vous pouvez assister à une restitution présentée à l’occasion du colloque Création et crise qui se tiendra au TU-Nantes en février 2018.

Crédits photo: Clara Masson – Étrange Miroir